Votre recherche

Tout ce qu’il faut savoir sur l’utilisation du siège d’auto en avion

Siège d'auto en avion
Actualisé le 23 août 2019

Le sujet du siège d’auto en voyage suscite énormément de questionnements et les informations qui circulent sur les réseaux sociaux divergent. Est-ce obligatoire d’installer un siège d’auto à bord en avion? Que faire si l’on veut avoir le nôtre? On fait le tour de la question!

No. 1

La rÉglementation : non obligatoire, et ce, partout à travers le monde

L’utilisation du siège d’auto à bord d’un avion n’est pas obligatoire et ce, à bord de toutes les compagnies aériennes à travers le monde.

Depuis 1990, il est possible d’avoir à bord son siège d’auto, à condition que l’enfant ait son propre siège. Le tout revient donc à la discrétion des parents. On consulte la position de Transport Canada ici.

Avoir un siège réservé dans l’avion pour bébé

Il est généralement possible de réserver un siège pour un bébé de moins de 24 mois. Toutefois, il faudra le payer soit à plein prix, soit au tarif enfant (selon les politiques des compagnies aériennes), ce qui ne convient pas à toutes les bourses.

Si un bébé de moins de 24 mois a un siège réservé à bord de l’appareil, afin qu’il y prenne place au décollage, à l’atterrissage ou lors des moments de turbulences, ce dernier doit généralement être installé dans son siège d’auto ou un système de retenue approuvé (ex. le CARES de Kids Fly Safe).

Si l’enfant n’a ni l’un, ni l’autre, il doit être retenu conformément aux politiques de la compagnie aérienne sélectionnée (dans les bras de ses parents ou avec une « ceinture à passant » installée à la ceinture du parent – voir point 3 plus bas). On consulte la politique de la compagnie aérienne relative à l’achat d’un siège pour bébé de moins de deux ans pour plus de détails.

Si l’on souhaite apporter son siège d’auto dans l’avion, mais que l’on ne peut pas se permettre d’acheter une place additionnelle, on le garde avec soi jusqu’à la porte d’embarquement.

On peut aussi demander à un agent au comptoir d’embarquement de nous accommoder, ce qui est parfois possible si le vol n’est pas complet (donc s’il reste des sièges vacants). Si cela ne fonctionne pas, il sera possible d’enregistrer son siège à la porte d’embarquement, avant d’entrer dans l’appareil.

Avoir un siège qui respecte les normes

Pour être utilisé dans un avion, notre dispositif de retenue ou notre siège d’auto doit afficher une étiquette de conformité indiquant la date de fabrication et attestant qu’il satisfait aux normes de conception applicables.

Pour plus d’informations sur l’utilisation de dispositifs acceptables et les exigences d’étiquetage, on consulte le site de Transport Canada sous la section « Circulaire d’information – Ensembles de retenue d’enfant et autres dispositifs de siège ».

No. 2

Fait : être installé dans un siège d’auto est la façon la plus sécuritaire de voyager

L’Organisation de l’aviation civile internationale, la Federal Aviation Administration (FAA), l’Australian Transportation Safety Board, l’Agence européenne de la sécurité aérienne, tout comme Transports Canada reconnaissent que, pour un enfant en bas âge, la façon la plus sécuritaire de voyager à bord d’un avion est d’être placé dans un siège d’auto correspondant à sa taille/poids, dans un siège réservé.

Toutefois, en pratique, très rare sont les parents qui ont avec eux leur siège à bord.

En cas d’impact ou de turbulences, l’utilisation d’un siège d’auto assure une protection indéniable versus avoir un bébé dans les bras ou retenu avec la ceinture abdominale. Pour en savoir plus et démystifier les turbulences, on consulte le livre « Le Guide des parents voyageurs : s’inspirer, s’informer, s’équiper, 0-12 ans« .

___

Une solution pratique

Pour les enfants ayant leur propre siège, le système de retenue  CARES de Kids Fly Safe  s’attache en partie à la ceinture de sécurité du siège de l’avion et en partie au dossier, tout en retenant le torse de l’enfant contre le banc. Parfait aussi pour le retenir durant le dodo et définitivement plus compact et léger qu’un siège d’auto dans l’avion.

L’usage d’un système de retenue n’est pas obligatoire et est à la discrétion des parents. Le système CARES de Kids Fly Safe est homologué et accepté par la très grande majorité des compagnies aériennes.

Beaucoup d’entre elles précisent même les informations sur l’usage de ce système de retenue dans la rubrique « voyager avec des enfants » de leur site web (souvent dans la même section spécifique à l’usage du siège d’auto à bord de l’avion).

Tous les détails ici! 

Transports Canada

Transports Canada se penche depuis des années sur la question afin de voir si un système de retenue (entre autres, les « ceintures à passant ») pourrait être considéré. Ils évaluent également toujours l’impact de l’imposition du siège d’auto. L’obligation d’utiliser un siège d’auto en vol dans un futur rapproché est très fort improbable.

« Après l’accident à l’aéroport de Sanikiluaq, Transports Canada a entrepris un examen exhaustif de l’obligation d’utiliser des ensembles de retenue d’enfants et a conclu ce qui suit :

1. La probabilité qu’un enfant en bas âge trouve la mort dans un aéronef commercial au Canada est très faible, puisque ce risque a été établi à 1 décès pour 646 558 889 passagers (2012-2016)*.

2. Selon une étude de la FAA, l’obligation d’utiliser des sièges d’auto à bord des aéronefs pourrait faire augmenter de 45 % le prix des billets d’avion. Au Canada, cela toucherait un peu moins de 4 millions de familles comprenant de jeunes enfants. Comme les déplacements en famille sont parmi les plus sensibles aux prix, les familles décideraient de conduire à leur destination plutôt que de payer le prix d’un siège qu’occuperait leur jeune enfant installé dans un ensemble de retenue obligatoire à bord d’un aéronef*.

Les parents qui décideraient de conduire ajouteraient 164 millions de kilomètres aux trajets dans le réseau routier canadien par année. Cela se traduirait par au moins 10 décès prématurés sur les routes au cours de la prochaine décennie au Canada, mais pourrait sauver la vie d’un enfant en bas âge qui voyage par avion*. »

*Source : Obligation d’utiliser des ensembles de retenue d’enfants dans les aéronefs commerciaux, Transports Canada 

No. 3

Et ailleurs dans le monde?

En Amérique du Nord, un bébé de moins de 2 ans peut voyager sur les genoux de ses parents et est retenu uniquement par leurs bras sans avoir son propre siège.

Depuis 2008, en vertu des lois de l’Union européenne, les enfants de moins de 2 ans doivent être placés dans un ensemble de retenue d’enfant approuvé lorsqu’ils voyagent à bord d’aéronefs de transporteurs aériens de l’Union européenne. Il peut s’agir d’un siège pour enfant ou d’une « ceinture à passant », qui est attachée à la ceinture de sécurité de l’adulte qui tient l’enfant sur ses genoux.

Exemple de "Ceinture à passant" en avion avec bébé

Exemple de « ceinture à passant » en avion avec bébé.

La « ceinture à passant » est fournie à bord de l’appareil et fait partie de l’équipement de base des avions concernés (aucun achat ou action à faire pour les parents voyageurs préalablement au vol). On retrouve fréquemment ce type de « ceinture à passant » sur des vols asiatiques également.

No. 4

Dormir plus confortablement

L’utilisation d’un siège d’auto familier peut permettre à l’enfant en bas âge d’être plus à l’aise et dans certains cas, de faire une sieste plus confortablement.

Dans notre réflexion, il faut considérer la durée du trajet. Pour un vol long-courrier, l’enfant aura envie de jouer et de bouger. Tout comme en voiture, il n’est pas recommandé de laisser dormir bébé dans un siège pour une longue période.

No. 5

On consulte la politique de notre compagnie aérienne.

Les détails sont généralement sous la rubrique  « Voyager en famille » ou « Voyager avec bébé et enfant ».

  • Air Transat : voir l’onglet « Sièges à bord ».
  • Air Canada : voir l’onglet « Dispositifs de retenue pour enfants ».
  • WestJet : voir « Restrictions relatives aux sièges d’auto ».
  • Sunwing : voir les détails sous « Enfants » et « Sièges d’auto/Dispositifs de retenue pour enfants/CARES ».
  • Air France : à noter que l’utilisation d’un siège auto n’est pas possible et le bébé doit voyager sur nos genoux en en cabine Business, sur les Boeing 787 et sur certains Boeing 777.
  • Swiss : voir « Dispositifs de retenue et sièges d’auto ».

No. 6

On laIsse les sièges d’appoint en soute

Les sièges d’appoint (sièges rehausseurs) sont destinés aux enfants d’un certain âge devenus trop grands pour leur siège d’auto. Comme ces sièges exigent une ceinture à triple points d’appui, comme celles que l’on retrouve dans les voitures, ils ne sont pas autorisés à bord d’un avion.

No. 7

On installe notre siège correctement

On installe notre siège selon les normes du fabriquant. On attache le siège d’auto avec la ceinture abdominale et on laisse tous les autres accessoires non utiles à la maison ou en soute.

No. 8

On se facilite la vie!

On choisit le bon siège

On opte pour un banc léger et facile à transporter. On prend le temps de bien se renseigner.

Des groupes de discussions spécialisés de parents passionnés par la sécurité routière nous permettent d’avoir des suggestions de modèles de siège d’auto légers et faciles à transporter de la part de parents passionnés par la sécurité routière tels que Groupe de soutien – Little Cupcake in a car seat au Québec ou Sécurange en France.

Transporter son siège d’auto

On consulte le livre « Le Guide des parents voyageurs : s’inspirer, s’informer, s’équiper, 0-12 ans » sous la section « Transporter et protéger son siège d’auto » à la page 222 pour quelques astuces et recommandations afin de faciliter notre vie à l’aéroport et jusqu’à la voiture de location.

D’AUTRES LIENS INTÉRESSANTS

On consulte la section S’informer pour découvrir des articles utiles.

POUR tout savoir sur le voyage en famille

Achetez votre copie du livre Le Guide des parents voyageurs : s’inspirer, s’informer, s’équiper, 0-12 ans  pour bien vous préparer! On consulte le chapitre « Le siège d’auto en avion » pour plus de détails (p. 219).

Le Guide des parents voyageurs

Le Guide des parents voyageurs : s’inspirer, s’informer, s’équiper, 0-12 ans.