Votre recherche

Transport du siège d’auto en soute en avion | Le mythe et la réalité

Transport d'un siège d'auto pour bébé ou enfant en avion
Actualisé le 27 juillet 2019

Le sujet du siège d’auto en voyage suscite énormément de questionnements et les informations qui circulent sur les réseaux sociaux divergent. Est-ce qu’un siège d’auto mis en soute est automatiquement considéré comme accidenté? Ensemble, déconstruisons ce mythe!

Le mythe

Une information affirmant que le siège d’auto transporté en soute dans l’avion ou laissé à la porte d’embarquement serait automatiquement considéré comme accidenté à sa sortie de l’appareil a beaucoup circulé sur les médias sociaux.

Or, cette information est un mythe : le siège d’auto n’est pas considéré automatiquement comme accidenté.

La position de Transport Canada

Transport Canada ne considère pas qu’un ensemble de retenue qui a voyagé comme bagage enregistré sera automatiquement considéré comme endommagé ou ayant subi un accident.

Toutefois, Transport Canada recommande l’inspection visuelle du siège d’auto après un vol. « Si un ensemble de retenue est endommagé d’une quelconque façon (par exemple, durant un vol ou en raison d’un choc, d’une chute ou d’une collision), il ne doit pas être utilisé jusqu’à ce que son propriétaire consulte le manuel de l’utilisateur de l’ensemble ou que le propriétaire vérifie auprès du fabricant les critères pour évaluer si l’ensemble est utilisable. En cas de doute, l’ensemble de retenue ne doit pas être utilisé. » affirme Annie Joannette, conseillère principale en communications, relations aux médias, Transport Canada.

La position de la SAAQ

La SAAQ recommande de se référer aux directives de Transports Canada.

La position des assureurs

Trois assureurs ont été contactés (Intact, belairdirect, Banque Nationale Assurance Auto et Habitation) et tous s’entendent :

« Il s’agit effectivement d’un mythe. Si nous recevions ce genre de réclamation, nous étudierions la situation et le contexte pour savoir si la perte est recevable, comme tout autre genre de sinistre. » confirme Carine Salvi, conseillère principale, communications, belairdirect.

Les assureurs mentionnés réfèrent également à la rubrique du site de Transport Canada Quand vous débarrasser d’un siège d’auto ou d’appoint.

La position des manufacturiers

Les manufacturiers recommandent de protéger notre siège d’auto pour le transport mais confirment que ce dernier n’est pas catégorisé automatiquement comme « défectueux » s’il a été transporté en soute hors de sa boîte d’origine.

En contrepartie, ils recommandent de se référer aux instructions contenues dans le manuel. Les points d’inspection qui s’appliquent à un accident d’auto (et donc possiblement à un transport par avion) devraient être vérifiés.

Dans leurs guides d’utilisation de leurs sièges, les manufacturiers spécifient les points de vérification à valider afin d’évaluer si le siège est conforme à l’utilisation ou s’il doit être changé.

Pour nous éviter de voyager avec notre manuel du fabriquant, on prend une photo avant de partir. Les manuels sont également disponibles généralement sur le web. Une petite recherche suffit.

La réalité

Certes, la manutention des bagages comporte certains risques et un siège d’auto peut parfois être égaré,  perdu ou endommagé. Il est vrai que la seule façon d’avoir le plein contrôle sur le transport de notre siège est de l’avoir avec nous à bord de l’appareil et il est aussi vrai qu’un impact peut avoir des conséquences non visibles à l’oeil nu.

Toutefois, pour des raisons pratiques et économiques (l’enfant doit avoir son propre siège pour que le siège d’auto puisse être installé à bord – s’il correspond aux normes de la compagnie aérienne), la grande majorité des parents préfèrent l’enregistrer en soute ou l’avoir avec eux jusqu’à la passerelle pour le déposer au même endroit que les poussettes lors de l’embarquement.

On consulte l’article à venir « Tout ce qu’il faut savoir sur l’utilisation du siège d’auto en avion »  pour plus de détails ou on fait la lecture du chapitre complet « Le siège d’auto en avion » pour plus de détails (p. 219) du livre Le Guide des parents voyageurs : s’inspirer, s’informer, s’équiper, 0-12 ans ».

Protéger son siège d’auto

On consulte le livre « Le Guide des parents voyageurs : s’inspirer, s’informer, s’équiper, 0-12 ans »  aux pages 221 et 222 pour en savoir plus.

Les fabricants recommandent de transporter le siège d’auto dans sa boîte et son emballage original. Toutefois, voyager léger pour une famille est déjà un défi et cette recommandation est très souvent difficile ou irréaliste à appliquer selon le type de voyage et la destination choisie.

Envelopper son siège d’auto dans du papier bulle peut être une bonne astuce pour une protection supplémentaire.

Des sacs de transport et des housses de protection sont de belles solutions pour maximiser les chances que notre siège d’auto soit intact. Du moins, on s’assure que le siège ne soit pas en contact direct avec la poussière et autres saletés.

Que faire si notre siège d’auto est perdu ou endommagé?

On se dirige au bureau des bagages perdus ou endommagés de notre compagnie aérienne (généralement situé tout près des carrousels à bagages). On remplit sur place le constat avec un agent de service à la clientèle en y laissant nos coordonnées, les informations relatives à notre vol et le numéro de référence d’enregistrement de notre siège d’auto.

Soyons sans craintes, si notre banc d’auto est perdu ou endommagé, nous ne passerons pas nos vacances à l’aéroport : plusieurs options s’offrent à nous. Selon la compagnie aérienne et l’aéroport desservi, des procédures différentes s’appliquent.

À titre d’exemple, à l’Aéroport International Montréal-Trudeau, si un siège d’auto est perdu ou endommagé, un siège d’auto 100 % neuf sera remis automatiquement aux parents voyageurs ayant choisi Air Canada (à noter qu’Air Transat n’offre pas ce service à Montréal-Trudeau).

Si on loue un véhicule, les frais encourus pour la location du siège d’auto auprès de notre compagnie de location sont généralement remboursables. On pose la question au moment de remplir le constat.

Des sièges d’auto de courtoisie sont généralement prêtés afin que toute famille quitte l’aéroport à bord d’un véhicule de manière sécuritaire. S’ils n’en ont plus, passer par l’entremise de compagnies privées de location de matériel de puériculture ou de compagnies de location d’auto nous sera suggéré.

Le siège d’auto en taxi n’est pas obligatoire dans la très grande majorité des pays à travers le monde. Prendre le taxi jusqu’à une boutique et acheter un siège neuf (remboursable par notre compagnie aérienne ou assureur privé) est également une solution. On consulte l’article Prendre le taxi avec un bébé ou un jeune enfant : oui, non? Des solutions! pour en savoir plus. 

Dans tous les cas, on insiste auprès des agents de passagers au sol afin qu’ils fassent les démarches pour nous.

Transport d'un siège d'auto pour bébé ou enfant en avion

Excellent service offert par Air Canada : un siège d’auto neuf est remis suite à un retard, une perte ou un bris d’un siège d’auto à Aéroport YUL Montréal-Trudeau, janvier 2019.

D’AUTRES LIENS INTÉRESSANTS

On consulte la section S’informer pour découvrir des articles utiles.

  • Prendre le taxi avec un bébé ou un jeune enfant : oui, non? Des solutions! 
  • Tout ce qu’il faut savoir sur l’utilisation du siège d’auto en avion – article à venir
  • Utiliser son siège d’auto à destination | Le mythe et la réalité – article à venir 
  • Prendre un taxi au Québec avec un bébé ou un jeune enfant | La réglementation officielle – article à venir

POUR tout savoir sur le voyage en famille

Achetez votre copie du livre Le Guide des parents voyageurs : s’inspirer, s’informer, s’équiper, 0-12 ans pour bien vous préparer! On consulte le chapitre « Le siège d’auto en avion » pour plus de détails (p. 219).

Le Guide des parents voyageurs

Le Guide des parents voyageurs : s’inspirer, s’informer, s’équiper, 0-12 ans.