Votre recherche

Gérer le décalage horaire (jet lag) chez bébé et enfant

Gestion du décalage horaire (jetlag) chez bébé et enfant

Les symptômes du décalage horaire font peur à beaucoup de parents voyageurs. Même s’il n’existe pas de solution miracle, voici quelques trucs pour diminuer l’impact du changement de fuseau horaire. Soyons positifs : si l’on subit temporairement les effets du décalage horaire, en contrepartie, on conserve de beaux souvenirs de voyage pour la vie!

No. 1

Ne pas stresser

Il est normal d’avoir des préoccupations face à l’inconnu. Les effets du décalage horaire sont incontrôlables et ne peuvent être totalement prévenus. Chaque enfant est unique et réagit différemment (tout comme les adultes).

La bonne nouvelle est que les petits ont une capacité d’adaptation impressionnante. Il faut avoir confiance en leurs capacités. Pour nous les parents, le mieux est d’embrasser la situation comme elle l’est et pourquoi pas en rire?

On consulte aussi le point 1 de l’article Les 10 principes du plaisir en vol avec enfant en complément.

No. 2

Saluer le soleil

La lumière naturelle est notre meilleure alliée afin de rétablir le cycle circadien autant chez l’adulte que chez le bébé ou l’enfant. À l’arrivée ou au retour, on sort le plus souvent possible à l’extérieur et on profite des rayons du soleil! On maximise ainsi nos chances de contrer les effets du décalage horaire.

No. 3

Bien choisir ses activités

On garde en réserve les activités plus exigeantes pour plus tard mais on se motive à bouger et à visiter dès notre première journée.  Ne serait-ce que pour prendre une grande marche ou aller au parc, sortir de sa chambre d’hôtel ou de son appartement est important.

S’adapter selon le sens de notre voyage

Voyager vers l’Est (ex. de Montréal à Paris)

Au cours des premiers jours, on privilégie les activités extérieures le matin et en début d’après-midi. On garde les visites intérieures pour les fins de journée. Le tout aidera à se coucher un peu plus tôt et à se réveiller, par conséquent, un peu plus tôt également.

Voyager vers l’Ouest (ex. De Paris à Montréal)

Pour aider à gagner quelques heures de sommeil le matin, et à l’inverse, à retarder l’heure du coucher le soir, on planifie de faire des activités intérieures le matin et on essaie de s’exposer davantage à la lumière naturelle extérieure en fin de journée.

No. 4

Suivre (et respecter) le rythme de son enfant

Le mieux est de lâcher prise sur les calculs et les diverses applications mobiles qui dictent comment nous « programmer », telles Jet Lag Rooster, Jet Lag App ou Entrain Yourself . Si notre enfant ou notre bébé a sommeil, mieux vaut le laisser faire une sieste réparatrice et suivre son rythme.

Certes, une sieste de 3-4 heures en après-midi n’est peut-être pas la meilleure façon de s’adapter rapidement aux heures locales, mais en même temps, si notre enfant en a besoin, le tout ne peut qu’être bénéfique. L’écoute, la bienveillance et le respect du rythme reste le meilleur conseil.

Si possible au retour, on s’assure de ne pas reprendre le travail ou la garderie dès le lendemain. On se laisse ainsi une journée au minimum d’adaptation, avant de reprendre la routine et les obligations.

No. 5

S’adapter (le plus possible) à l’heure locale des repas

Les compagnies aériennes ont déjà bien compris ce principe en adaptant l’heure des repas à bord au rythme local de la destination. Sans forcer les enfants, il peut être bénéfique d’essayer d’emboîter le pas et de suivre les heures locales de repas.

L’appétit de l’enfant peut varier, surtout s’il est en mode « décalage horaire ». Mieux vaut avoir toujours sous la main un petit quelque chose à grignoter. On consulte l’article Les essentiels pour faciliter les repas en déplacement pour nous aider.

No. 6

Se relayer entre parents

Au début du vol, on détermine le parent « de garde » et idéalement, on accorde à l’autre un peu (plus) de repos (lorsque possible) en vol.

On tente de privilégier celui qui dors le plus naturellement dans l’avion. À l’arrivée, celui qui a fait le plein de sommeil prend la relève, pendant que l’autre fait une sieste.

No. 7

Bien choisir son hébergement

On prend soin de privilégier un hôtel ayant une aire commune (ne serait-ce qu’un lobby) ou un appartement avec une deuxième pièce plutôt qu’une petite chambre d’hôtel avec des murs en carton.

Ceci est particulièrement important si l’on voyage avec des enfants, car avoir accès à une pièce ou à un endroit où l’on pourra se retirer et amuser l’enfant éveillé à 2 h du matin sans réveiller les autres sera un souci de moins (hop au point 1!). De plus, les parents pourront ainsi se relayer et s’accordant eux-même un peu de repos (hop au point 6!).

No. 8

L’homéopathie pour petits voyageurs

Il existe sur le marché différents produits homéopathiques conçus spécifiquement pour diminuer les effets du décalage horaire.

La posologie varie d’un produit à l’autre, mais ils sont généralement à prendre avant le départ, pendant le vol et à l’arrivée. On consulte l’article L’homéopathie pour petits voyageurs pour quelques suggestions.

No. 9

Bien s’alimenter et s’hydrater

Bien choisir ses aliments

On favorise les aliments sains et on prend des repas légers et de petites collations plutôt que des repas copieux.

Choisir son repas en vol selon son trajet

Certains nutritionnistes vont même jusqu’à recommander la consommation de protéines en vol (qui nous garderont réveillés plus longtemps) si l’on voyage vers l’ouest ou au contraire, de privilégier les glucides si l’on voyage vers l’est.

Boire beaucoup d’eau

On s’assure de boire beaucoup d’eau en vol et à destination.

On pense à avoir toujours sous la main un gobelet d’eau pour les plus petits. On a testé deux modèles pour vous dans l’article Le gobelet qui nous suit partout.

Pour les parents

On évite l’alcool ou les boissons caféinées qui déshydratent et, par conséquent, perturbent l’horloge biologique en accentuant les symptômes du décalage horaire.

No. 10

Choisir les bons vols et les bons sièges

Il est difficile de tout contrôler mais lorsque la possibilité s’offre à nous, prendre un vol de nuit qui arrive le matin ou le midi à la destination désirée peut être une option futée.

Ce sera parfois plus difficile pour les parents qui auront peut-être passé une nuit blanche en vol, mais les petits qui auront dormi seront d’attaque pour commencer une nouvelle journée au rythme local.

No. 11

créer de nouvelles opportunités

Le décalage horaire n’a pas que des points négatifs! Il nous donne la possibilité de créer de nouvelles expériences.

Que ce soit de marcher en famille dans les rues désertes de Hong Kong à 5 h du matin, de promener un bébé insomniaque en plein coeur de Hanoï  à 3 h du matin (et sympathiser avec les regards curieux des passants) ou de veiller très tard au restaurant avec le petit dernier en très grande forme à Barcelone, les effets du décalage horaire peuvent créer des moments magiques.

Rien ne sert de « lutter » contre le décalage, mieux vaut en tirer profit de manière positive.