Votre recherche

Avion avec bébé et enfant : tout savoir sur le siège d’auto

tout savoir sur le transport et l'usage du siège d'auto en avion.

Plusieurs choisissent d’apporter leur propre siège en voyage pour des raisons de sécurité, de confort, de logistique ou d’économie. Particulièrement pratique si on loue une voiture sur place, avoir son propre siège d’auto peut nous éviter des surprises.

Politique en matière de sièges d’auto

Il est bien important de valider les normes de chaque compagnie aérienne afin d’avoir plus de précisions sur les diverses franchises de bagages.

Voici quelques exemples de politiques en matière de sièges d’auto* :

AIR CANADA

Air Canada permet aux bébés et aux enfants de 0 à 11 ans d’avoir droit, en plus de leur franchise de bagages standard, à l’enregistrement gratuit d’un siège d’auto ou d’appoint.

AIR TRANSAT 

Air Transat accepte un siège d’auto sans frais pour les bébés et les enfants.

SUNWING

Pour les vols internationaux, Sunwing offre gratuitement aux bébés un article sans frais, soit le siège d’auto, la poussette ou le lit d’appoint. Si l’on a deux items (ex : poussette et siège d’auto), le deuxième article sera considéré comme un bagage supplémentaire. Un enfant payant son siège a aussi droit à un article sans frais, en plus de 5 kg pour le bagage à main et de 20 kg de bagages en soute. Le deuxième item pourra être inclus dans sa franchise de bagages ou payé en sus.

WESTJET

WestJet offre la possibilité pour un bébé d’enregistrer deux pièces d’équipement (ex : un siège d’auto, une poussette ou un lit d’appoint) sans frais supplémentaires. Pour un enfant de plus de 2 ans, une pièce d’équipement (ex. siège d’auto, parc ou poussette) sera acceptée sans frais, en plus de la franchise de bagages enregistrés.

AIR FRANCE

Air France propose de transporter gratuitement en soute une poussette et un siège auto.

AMERICAN AIRLINES

American Airlines autorise sans frais, pour les bébés et les enfants, un siège d’auto en soute.

Siège d’auto en soute

Si, selon la politique de la compagnie aérienne, le siège d’auto doit être inclus dans le nombre de bagages permis et que l’on a atteint la limite du nombre de bagages, on pense à le mettre dans un sac de type « duffle bag ». Le tout permettra d’y inclure soit un deuxième siège d’auto au besoin ou d’autres biens. Ainsi, on se sauvera peut-être de payer pour une valise en extra mais…  attention au poids!

Un siège d’auto mis en soute sortira au carrousel à bagages. On n’oublie pas de vérifier dans la section des objets fragiles ou surdimensionnés : il s’y cache fort probablement.

On prend le temps d’inspecter notre siège d’auto à l’arrivée. Les bris, bien que peu fréquents pour les sièges d’auto, peuvent arriver. Si tel est le cas, il faudra se diriger au comptoir des réclamations de la compagnie aérienne pour remplir un constat avant de quitter l’aéroport.

Siège d’auto dans l’avion

Selon les recommandations officielles

Transports Canada recommande fortement l’utilisation d’un système de retenue d’enfant (siège d’auto) homologué, pour toutes les étapes du vol. Un siège d’auto fournit une excellente protection à un bébé ou à un enfant et est utile en cours de vol si l’avion traverse une zone de turbulences, un choc violent ou dans le cas d’un incident.

L’utilisation d’un siège d’auto familier peut permettre à l’enfant en bas âge d’être plus à l’aise et dans certains cas, de faire une sieste plus confortablement.

Il est possible aussi de déposer le siège d’auto juste avant à l’embarquement (il accompagnera les poussettes des autres passagers déposés à la passerelle). On maximise ainsi nos chances que le siège d’auto soit manipulé avec soin.

le côté pratique

Le fait d’être dans un siège peut finir par être très désagréable, surtout sur un vol long-courrier, car l’enfant ne pourra pas bouger autant qu’il le voudra.

L’utilisation d’un siège d’auto nécessite aussi que l’enfant ait une place réservée pour lui. Par conséquent, pour un bébé de moins de 2 ans, il faudra quand même lui acheter un billet, même s’il peut bénéficier d’un passage sans frais sur les genoux de ses parents.

Des trucs!

Si l’on souhaite apporter son siège d’auto dans l’avion, mais que l’on ne peut pas se permettre d’acheter une place additionnelle, on le garde avec soi jusqu’à la porte d’embarquement.

On peut aussi demander à un agent au comptoir d’embarquement de nous accommoder, ce qui est parfois possible si le vol n’est pas complet (donc s’il reste des sièges vacants). Si cela ne fonctionne pas, il sera possible d’enregistrer son siège à la porte d’embarquement, avant d’entrer dans l’appareil.

Si l’on voyage à deux et que l’on désire maximiser nos chances d’avoir une place libre, on réserve un siège « hublot » et un autre « côté allée », afin d’avoir une place vide entre les deux. Plus on réserve à l’arrière de l’appareil, plus les chances de n’avoir personne qui réserve le siège du centre augmentent.

Si toutefois le siège est pris, on n’aura aucun problème à échanger sa place avec notre voisin, qui sera fort content de ne pas être installé entre deux parents!

___

Il existe quelques systèmes intéressants afin de faciliter le transport de son siège d’auto jusqu’à la porte d’embarquement. On consulte l’article Protéger sa poussette et son siège d’auto  pour plus de détails.

___

Si l’on pense voyager fréquemment, on peut également acheter un siège d’auto plus léger et compact tel que le Scenera Next  de la marque Cosco.

On laisse les sièges d’appoint en soute

Les sièges d’appoint (sièges rehausseurs) sont destinés aux enfants d’un certain âge devenus trop grands pour leur siège d’auto. Comme ces sièges exigent une ceinture à triple points d’appui, comme celles que l’on retrouve dans les voitures, ils ne sont pas autorisés à bord d’un avion.

Acheter son siège à destination

Si l’on voyage dans un pays industrialisé et que des ressources y sont faciles d’accès, il y a toujours la possibilité d’acheter un siège d’auto à l’arrivée, et par la suite, soit le laisser sur place ou le ramener avec nous à la fin du voyage. Il vaut mieux comparer, l’achat sur place est parfois plus économique que la location auprès de la compagnie de location de voiture. C’est à vérifier selon la durée du séjour.

Certains pays ne permettent pas de louer une voiture avec un enfant ou un bébé sans qu’il y ait de siège d’auto à l’intérieur ou, au contraire, comme dans certains pays en Asie et en Afrique par exemple, louer la voiture et l’utiliser sans siège est monnaie courante.

Bien que la majorité des voitures neuves de location viennent avec un système d’encrage intégré, il peut être sage de valider si le modèle de voiture est muni d’un système d’encrage compatible avec notre siège d’auto. Ce point concerne les sièges ayant des particularités spécifiques, surtout s’ils ne s’attachent pas de manière alternative avec une ceinture de sécurité.

Louer son siège à destination

On valide les coûts de location auprès de notre compagnie de location de véhicule. Beaucoup de pays offrent la possibilité de louer un siège d’auto sur place tout comme une panoplie d’équipement de puériculture. Pratique si vous avez d’autres items à louer du même coup ou si vous ne louez pas la voiture directement à l’aéroport.

Système spécialisé de retenue

Si la sécurité de notre bébé nous préoccupe beaucoup, mais que l’on ne désire pas prendre à bord notre siège d’auto, il existe sur le marché une alternative futée.

Protéger son siège d’auto

Certaines compagnies aériennes mettent à la disposition des familles des sacs de plastique transparents afin de recouvrir son siège d’auto. Il est toutefois idéal d’avoir une housse, pour le protéger tout au long du voyage.

Rouler son siège d’auto

Transporter un siège d’auto peut être lourd. Pour plus de confort, il existe différentes options comme des sacs à roulettes intégrées, des formats sacs à dos ou un chariot de transport pour siège d’auto.

Si l’on a une poussette compacte compatible avec un siège de type coquille, on peut transporter son siège d’auto à même notre poussette. Il existe aussi quelques modèles de poussettes ultracompactes qui sont compatibles avec les sièges d’auto de type coquille et qui ne nécessitent aucun adaptateur.

Identifier son siège d’auto

Après un long vol, il est possible d’être distrait. Mieux vaut prévenir en prenant soin d’identifier son siège d’auto.

Si l’on opte pour une housse de protection, on n’oublie pas de demander au préposé à l’enregistrement de mettre l’étiquette d’identification sur la poignée de la housse afin que l’étiquette soit apparente et à l’extérieur.

D’AUTRES LIENS INTÉRESSANTS

On consulte la section S’informer pour découvrir des articles utiles. En complémentarité, on consulte les articles suivants : La poussette en avion et Les bagages en cabine.

 

* Les normes et conditions pouvant changer sans préavis, on vous recommande de toujours vérifier sur le site officiel de votre compagnie aérienne.