Votre recherche

La vaccination et la santé voyage pour les bébés et enfants

Parmi les questions les plus fréquentes que nos lecteurs nous posent, il y a celles liées à la vaccination, particulièrement chez les jeunes enfants ou les bébés. Afin de nous éclairer, BB Jetlag a rencontré Chantal Doiron, infirmière pratiquant également en santé voyage et Valérie Boyer, pharmacienne. Voici de l’information pratique et surtout importante à savoir !

UNE QUESTION DE CHOIX

Il est important de bien évaluer le facteur risque lié à une destination et d’en analyser les impacts. Le choix revient à chaque parent voyageur de prendre la meilleure décision pour leurs enfants.

ON CONSULTE UN PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

En pharmacie

Depuis la mise en place la Loi 41 au Québec, les pharmaciens peuvent prescrire des antipaludéens et des antibiotiques contre la diarrhée du voyageur. Consulter en pharmacie est donc une option rapide, efficace (le service et le produit se trouvent au même endroit) et surtout économique.

En clinique de santé voyage

On peut également consulter dans une clinique en santé voyage. Les infirmières et infirmiers en santé voyage y sont spécialisés et ont de bons conseils à nous partager.

LES PIQÛRES DE MOUSTIQUES

Beaucoup de maladies sont transmises par les piqûres de moustiques (le paludisme/malaria, le virus Zika, la dengue, le chikungunya, etc…). Il est donc important de bien se protéger en appliquant du chasse-moustiques et en portant des vêtements couvrants.

On s’assure d’avoir avec nous un filet moustiquaire universel pour les bébés. Nous pouvons le mettre par-dessus la poussette ou sur le lit de bébé pour le protéger.

L’application de chasse-moustiques n’est pas recommandée pour les bébés âgés de moins de 6 mois. On opte pour des barrières naturelles comme les vêtements couvrants et de couleurs pâles.

Nous pouvons aussi appliquer du chasse-moustiques de façon indirecte, en le mettant sur les objets qui entourent bébé comme sur la poussette par exemple.

___

Si l’on doit utiliser un insectifuge et un écran solaire, il est recommandé d’appliquer l’écran solaire en premier et d’attendre 20 minutes qu’il pénètre bien la peau. On applique ensuite l’insectifuge.

On évalue nos risques réels 

On prend en considération quel est le contexte dans lequel nous voyagerons. La très grande majorité des hôtels utilisent une quantité énorme d’insecticide, minimisant ainsi les risques de piqûres pour les voyageurs.

LA VACCINATION CHEZ LES BÉBÉS

À priori, les bébés âgés de moins de 6 mois* n’ont pas à recevoir de vaccination particulière en santé voyage, sauf s’ils voyagent dans une région à haut risque, s’ils sont atteints d’une maladie chronique ou s’il y a un risque accru qu’ils entrent en contact avec un ou des porteurs de maladie.

LES VACCINS LES PLUS FRÉQUENTS

Afin de nous éclairer, voici une liste des quelques vaccins et médicaments les plus communs en santé voyage. On y trouve l’âge à partir duquel l’enfant peut recevoir le vaccin si notre famille voyage dans une région à risque.

L’hépatite A et B

L’hépatite A se propage principalement par le contact avec de l’eau ou des aliments contaminés. Elle est souvent associée à des mesures d’hygiène déficientes. Le vaccin contre l’hépatite A s’administre dès 6 mois, si le bébé est dans une condition à risque.

L’hépatite B est transmise par le contact avec du sang ou des sécrétions humaines. Depuis 2013, les bébés québécois reçoivent tous un vaccin pour l’hépatite B (il ne protège pas contre l’hépatite A). Il est donné en 3 doses soit à 2 mois, à 4 mois et à 18 mois.

Pour savoir si notre enfant a été vacciné contre l’hépatite B, on vérifie la mention « HB » dans son carnet de vaccination (au Québec).

Un vaccin combiné contre l’hépatite A et l’hépatite B est offert dans les écoles, dans le cadre du Programme québécois d’immunisation. Il est donné à la fin de la 4e année du primaire.

Si l’enfant voyage dans une région à risque et qu’il est né avant 2013 (donc qu’il n’a pas été immunisé contre l’hépatite B dans le cadre du Programme québécois d’immunisation), il est possible de recevoir le vaccin combiné pour l’hépatite A et B (ex. : le Twinrix).

À partir de 2 ans, l’enfant peut recevoir une dose adulte de Twinrix, soit 2 doses, dont 1 rappel dans les 6 à 12 mois suivant la première dose. Il est aussi possible de recevoir le Twinrix Jr qui se donne en 3 doses, soit la première au jour zéro, la deuxième après 1 mois et la troisième, 6 mois après la première dose.

Les antipaludéens (malaria)

Les antipaludéens, pour prévenir et traiter le paludisme (malaria), doivent être prescrits par un médecin ou un pharmacien. À noter que certaines infirmières en santé voyage et traitant en clinique du voyageur ont accès à des ordonnances collectives leur donnant ainsi la possibilité d’en prescrire.

Il est très important d’évaluer le risque réel selon la région visitée. Les antipaludéens ne sont pas dépourvus d’effets secondaires. Le choix de l’antipaludéen variera en fonction de l’âge, des conditions de santé, des médicaments déjà pris par le patient et de la destination visitée.

La fièvre typhoïde

Un vaccin contre la fièvre typhoïde est disponible à partir de 2 ans. Il existe une version orale qui est offerte pour les enfants de 5 ans et plus.

La diarrhée du voyageur

Le Dukoral est un vaccin contre la diarrhée du voyageur causé par l’E.Coli et le choléra et qui s’administre par voie orale dès l’âge de 2 ans. La protection dure 3 mois contre la diarrhée du voyageur causée par E.Coli et 2 ans contre le choléra. Il faut donc penser à prendre une dose de rappel si l’on repart en voyage au-delà de ce délai. On prend aussi le temps de se renseigner sur son efficacité.

On peut également obtenir une ordonnance pour des antibiotiques en prophylaxie, à prendre seulement si les symptômes de la diarrhée du voyageur se présentent.

La fièvre jaune 

Le vaccin contre la fièvre jaune est offert à partir de 9 mois pour les voyageurs visitant des zones à risque, particulièrement en Afrique ou en Amérique du Sud.

Encéphalite japonaise

Pour les aventuriers qui se rendent en région rurale pour un séjour prolongé, il est possible d’administrer le vaccin contre l’encéphalite japonaise aux enfants de 3 ans et plus.

La grippe

On peut recevoir le vaccin contre la grippe dès l’âge de 6 mois.

LE VIRUS ZIKA

Comme la situation liée au virus Zika est en constante évolution, on consulte l’article Le virus Zika : des outils pour se renseigner pour les dernières mises à jour.

L’ALLAITEMENT

À considérer, les bébés qui ne consomment que du lait maternel au sein ont une barrière de protection supplémentaire. N’ayant pas de contact avec la nourriture ou l’eau, les risques sont ainsi plus limités.

CARNET DE VACCINATION À JOUR

Il est astucieux d’avoir avec nous en tout temps le carnet de vaccination de nos enfants à jour. Comme le calendrier de vaccination peut différer d’un pays à l’autre, il est toujours pertinent d’avoir avec nous ces détails en cas de pépin de santé à destination.

3 BONNES RESSOURCES À CONSULTER

  • On découvre le site Conseil santé voyage. Créé par Christine Dumontet, une infirmière québécoise spécialisée en vaccination et en santé voyage, ce site est devenu au fil du temps une référence pratique pour les professionnels de la santé et les voyageurs. On y inscrit simplement sa destination et les conseils santé relatifs au pays ou à la région visitée apparaissent. On aime sa simplicité!
  • On consulte gc.ca pour tout savoir sur les conseils officiels du gouvernement du Canada.
  • On s’informe via le INSQP (Institut national de santé publique du Québec) pour obtenir de l’information encore plus pointue.
  • Le site Center For Disease Control and Prevention est un site en anglais uniquement. On aime particulièrement leur option « Traveling with Children » lorsque nous sélectionnons la destination.

QUOI APPORTER DANS SA TROUSSE D’HYGIÈNE ET DE PREMIERS SOINS DE VOYAGE?

 

Nous remercions Valérie Boyer, pharmacienne et Chantal Doiron, infirmière en santé voyage, pour leur précieuse expertise.

 

*Nous vous recommandons en tout temps de confirmer les besoins de votre bébé auprès d’un professionnel de la santé. Il sera en mesure d’évaluer la situation propre à chaque enfant. La lecture de cet article est à titre indicatif et ne remplace pas une réelle consultation.

Cet article a été écrit de manière indépendante afin de faciliter la vie des parents voyageurs sans aucune commandite ou partenariat.