Votre recherche

Attention, enfants à bord!

Voyager avec un enfant dans l'avion

Il est 6 heures du matin, première fin de semaine de la relâche. Direction : Orlando. Mon deuxième café à la main, j’accueille les passagers à bord. J’aime bien faire l’embarquement parce que ça me permet de savoir d’emblée à quel genre de vol je peux m’attendre. Ce jour-là, un passager sur trois est un enfant, pour un total d’une cinquantaine d’enfants à bord d’un petit avion. Nul besoin de vous dire qu’autant d’enfants sur un vol, ce n’est pas de tout repos! 

L’avion n’a pas encore quitté la piste que mes collègues et moi voyons déjà le scénario se déployer devant nos yeux: des parents en sueur, un peu paniqués et se demandant comment ils vont bien faire pour garder le petit Léo tranquille. D’ailleurs, il est déjà en train de s’attirer les foudres de 24C, la dame retraitée qui tente désespérément d’écouter son film en paix sans recevoir des coups de pied dans le dossier de son banc.

Avant même que je puisse intervenir, elle se retourne vers les parents en les traitant d’irresponsables et en se plaignant haut et fort pour (tenter de)  s’attirer de la sympathie.  Comme le vol est complet, je n’ai aucun autre siège à lui offrir… elle va donc devoir prendre son mal en patience (et les parents aussi…). J’ai alors droit au discours classique des gens agacés par les enfants à bord : « C’est inacceptable de payer si cher pour un billet et de ne pas avoir la paix! Vous ne trouvez pas ça anormal vous, de voyager dans ces conditions?! » me dit-elle. Eh bien, puisqu’on me l’a demandé, voici mon opinion d’agent de bord en ce qui concerne nos jeunes passagers.

À tous ceux qui, comme la dame au 24C, sont « victimes » d’enfants à bord, le mantra est le suivant : calme et zen. Oui, c’est fatigant quand notre dossier de siège devient un tambour, et oui, vous avez le droit de voyager le plus confortablement possible. Par contre, traiter les parents du petit Léo d’irresponsables et faire une scène dans l’avion, ce n’est franchement pas la bonne approche! Aborder la situation avec calme et tact est toujours plus efficace pour résoudre un problème du genre. Si vous n’êtes pas à l’aise  de discuter avec les parents, demandez à un membre d’équipage d’intervenir.

À tous les parents voyageant avec leurs petits, le meilleur conseil se résume en un mot : préparation.

Les enfants ne sont pas des robots que l’on peut programmer : on ne choisit pas le moment où ils pleurent, ils sont inconfortables ou impatients… on peut tous comprendre ça. Par contre, les parents sont tout de même tenus d’au moins essayer de rendre le vol le plus confortable possible pour leurs petits et du même coup, pour les autres passagers.

Personnellement, les enfants à bord me dérangent rarement, mais lorsqu’ils le font, c’est souvent parce que le parent s’est mal préparé au voyage et lève le drapeau blanc, incapable de gérer la situation, lâchant prise.

La tâche n’est pas toujours facile, mais ultimement, la responsabilité de l’enfant revient aux parents. La préparation est cruciale et, heureusement pour vous, vous êtes tombé sur la meilleure référence pour vous préparer à voyager avec vos petits (merci BB Jetlag)!

Finalement, à tous les voyageurs, avec ou sans enfants, je vous laisse avec cette phrase bien connue : « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. » C’est banal, mais la clé du succès, c’est de savoir où restreindre nos libertés lorsque l’on se trouve en groupe.

Sur ce, bienvenue à bord et bon voyage!

Alla