Votre recherche

Anita et Nils : travailler et voyager en famille à travers le monde

Anita et Nils Fluck

BB Jetlag a rencontré Anita Bombita et Nils Fluck, elle directrice artistique et metteuse en scène, lui DJ, designer et photographe. Ensemble, ils forment une grande famille composée de Lucia 9 ans, Mikkel 6 ans et Jacob 19 ans. Voyageurs dans l’âme et esprits libres, ils ont continué de parcourir le monde avec leurs enfants, parfois en combinant travail et plaisir en famille. Portrait d’une famille unique d’artistes inspirants.

Une famille unique

Lorsque l’on rentre chez Anita et Nils dans leur maison à East Hill au Québec, un petit quelque chose d’inexpliqué dans l’air nous enveloppe et un sentiment d’évasion visite notre esprit. Leur maison bâtie en grande partie par Nils, est remplie de vie, d’œuvres et de souvenirs témoignant de simples moments. Elle est à leur image : un lieu unique où les portes sont ouvertes et où la curiosité et la passion sont de mise.

Bien que leur vie soit basée dans les Cantons de l’Est, leurs métiers atypiques les poussent à voyager aux quatre coins du globe. Des opportunités de contrats les ont transportés de Montréal à Dubaï, Tokyo, Munich ou Panama, pour ne nommer que ceux-ci.

BB Jetlag est curieuse d’en savoir plus sur leur mode de vie et surtout comment ils combinent leur rythme de vie, leurs passions et leur vie familiale.

D’où vous est venue cette passion des voyages? Y avez-vous été initiés jeunes?

Nils : Je suis né en Iran d’une mère suédoise et d’un père anglais. Mon père était diplomate britannique alors depuis ma naissance, j’ai habité plusieurs pays, changeant de lieu aux 2-3 ans. Nous avons vécu au Moyen Orient, en Afrique, en Asie ainsi qu’en Europe. À partir de l’âge de 18 ans, j’ai continué à voyager aux quatre coins de la planète.

Anita : J’ai voyagé un peu avec ma famille, mais c’est vraiment dans mon imaginaire qu’est née la passion du voyage. Du plus loin que je me rappelle, je rêvais de voyager en famille avec mes enfants et mon amoureux. Quand j’ai rencontré Nils, j’ai vite réalisé que ce rêve pouvait devenir réalité.

Lorsque vous avez un contrat à l’étranger, comment mariez-vous vos obligations professionnelles et la portion plaisir en famille?

Quand nous avons des propositions de contrats à l’étranger, nous évaluons toujours l’option de partir  tous ensemble. Selon la destination, le temps de l’année et le budget, nous tentons de combiner travail et voyage en famille. Nos choix de vie tournent beaucoup autour de notre passion pour les voyages.

Avez-vous des trucs?

Lorsque nous avons un mandat, qui par conséquent justifie les dépenses d’un billet d’avion, nous en profitons pour combiner avec nos vacances en famille, ce qui nous fait un billet de moins à payer. On essaie le plus possible d’être les deux sur le même contrat.

Avez-vous attendu que les enfants soient plus vieux pour combiner voyage et travail? 

Non, nous avons voyagé même lorsque nos enfants étaient très petits, tout en restant en contact avec nos projets de Montréal. Par exemple, lorsque notre fille avait 3 ans et demi et notre plus petit deux mois, nous sommes partis pendant 7 semaines en Thaïlande.

Anita : Durant ce voyage, nous nous sommes baladés avec sacs à dos et porte-bébé. J’ai continué à travailler sur des mandats de Montréal grâce à Internet. Le soir après avoir allaité le bébé et couché les enfants, je laissais petits et époux dans la cabane où nous dormions et je partais au café du coin pour faire des appels avec mes clients sur Skype.

Je faisais aussi des esquisses, les photographiais et les envoyais à mes collaborateurs pour faire avancer le projet. On peut faire tellement des choses via Internet, que ce soit à partir de la maison ou sur la route!

Comment faites-vous garder les enfants sur place, si vous travaillez tous les deux la même journée sur le même contrat?

Anita : Nous avons travaillé sur le même contrat de spectacle à Dubaï. Notre fille n’avait qu’un an à ce moment. Ma mère est venue avec nous pour s’occuper de la petite lorsque nous étions tous les deux occupés sur le projet.

Vous quittez parfois pour de longues périodes. Est-ce que vous avez la collaboration des professeurs et de la direction de l’école de vos enfants?

C’est du cas par cas. Nos enfants ont appris à être autonomes pour ce qui est des devoirs. On discute toujours avec le professeur avant un départ. Les profs ne sont pas obligés de préparer du travail pour nos enfants, mais la plupart du temps, ils sont collaboratifs et nous donnent quand même le minimum, c’est-à-dire les devoirs à faire. Notre fille de 9 ans a toujours fait ses devoirs et leçons lors de nos voyages et elle réintègre facilement l’école à son retour.

Quelle est la place du voyage dans votre famille? Qu’est-ce que voyager apporte à vos enfants, à votre vie familiale?

Les voyages nous inspirent dans nos projets créatifs. Que ce soit au niveau arts visuels, architecture, spectacles, musique, etc., nous nous imprégnons de ce que voyons et ressentons pour influencer notre travail et notre façon de vivre.

Un projet familial

Avec les enfants, c’est toujours un projet collectif familial que de penser à notre prochain voyage. Nous rêvons ensemble et regardons des photos de destinations possibles. Cela crée une belle complicité entre nous. Les voyages apportent tellement aux enfants, ils apprennent tant de choses et cela leur fait apprécier encore plus ce qu’ils ont à la maison. On les sent intéressés, ouverts et curieux.

Un mode de vie

À nos yeux, notre travail est plus qu’un boulot, c’est notre façon de vivre. Nous travaillons à notre compte dans des domaines qui nous passionnent. Les voyages font donc partie de notre mode de vie. Quand nous partons en voyage, ce n’est pas des vacances! On continue notre recherche, on continue à créer et nos enfants font partie de ce mode de vie. Nous aimons être avec eux.

On apprend ensemble

À l’étranger, on ne les fait pas garder. Pas de nounou pour nous! Alors c’est très actif, on fait des activités avec les enfants, des devoirs, des visites culturelles, on cuisine, on fait du sport. On apprend ensemble! Il s’agit davantage de vivre ailleurs que d’être en vacances.

Vous avez initié la passion du voyage à vos enfants très jeunes en allant souvent en Asie, entre autres, avec eux. Est-ce que vous pouvez percevoir dans le quotidien de vos enfants au Québec des traces de ces acquis en voyage?

C’est certain qu’ils ont été témoin de milieux de grande pauvreté comme de grande richesse et cela leur donne déjà une perspective sur le monde.

Au quotidien, nous sentons surtout qu’ils ont une aisance à être dans différentes situations. Ils s’adaptent facilement à la nouveauté, peuvent parler de différents sujets, avec des gens de tout âge. Ils ont la capacité de voyager de longues périodes en voiture ou attendre dans une salle d’attendre à lire un livre, sans tablette électronique.

Récemment lors d’un souper dans un resto à Montréal, les gens des  tables voisines nous ont félicités.Ils trouvaient que nos jeunes enfants étaient restés longtemps à table, à discuter avec nous ou à dessiner passionnément sur les napperons, avec calme et sans jeux électroniques! Pour nous, c’est normal, mais nous réalisons que les voyages influencent beaucoup ce comportement.

Quelles valeurs aimeriez-vous transmettre à vos enfants?

La créativité, l’ouverture d’esprit, l’estime et la connaissance de soi, la générosité et la justice, le sens de l’effort et de l’accomplissement. Nous croyons grandement que les voyages aident à transmettre toutes ces valeurs.

Que diriez-vous aux gens qui ont peur ou qui ont des craintes à voyager en famille?

Ce n’est pas vraiment difficile de voyager avec des enfants. C’est différent que seul ou en couple, mais pas plus ardu. Les enfants, avec de l’amour et de l’écoute, s’adaptent à tout. Il y a certains « rituels » que nous faisons à la maison et que nous conservons partout où nous allons. Par exemple, lire une histoire à l’heure du dodo. Ça les rassure de garder certaines habitudes. Côté santé, il s’agit de bien s’informer avant le départ. Mais il y a toujours de bonnes ressources sur la route quand il y a un problème.

Il s’agit de trouver l’équilibre entre planification et improvisation. Notre meilleur conseil : savoir lâcher prise! Les transports et déplacements (ça fait partie de l’expérience), ça ne se passe jamais vraiment comme prévu. Alors accueillir les imprévus avec calme et ouverture est une des clés essentielles pour les voyages en famille.