Votre recherche

Matisse 14 ans : surfer et « skater » à Hawaii, en Californie, au Costa Rica et en Espagne

BB Jetlag a rencontré Matisse Dalphond, 14 ans. Fan de planche à roulettes, c’est au Costa Rica en 2013, à Hawaii en 2014, en Californie en 2015 et plus récemment en Espagne qu’il perfectionne sa technique et s’initie au surf. Matisse nous partage comment ses voyages ont changé la pratique de ses sports.

En quoi ces voyages ont changé ta vision de la planche à roulettes que tu pratiques au Québec?

J’ai compris que les styles de « skate » sont différentes d’un pays à l’autre et c’est assez marquant et intéressant de voir les différentes visions. La température a une grande influence sur la pratique. Dans les endroits comme la Californie et Hawaii, où il fait toujours beau, les « skateparks » sont en béton et les installations sont majoritairement des « bowls » (des piscines). La sensation de « skater » dans un « bowl » est similaire à la pratique du surf. À l’opposé, ici au Québec, les installations dans les « skateparks » intérieurs et extérieurs sont plus apparentés au « street style ».Matisse Dalphond

Est-ce que la sous-culture de la planche est la même partout?

Les valeurs partagées par la communauté du « skateboard » sont les mêmes partout : le respect, l’entraide et la liberté. C’est une pratique individuelle qui finit par être collective, peu importe à quel endroit tu es dans le monde. Les gens se parlent, échangent, se donnent des trucs… peu importe l’âge et la nationalité. J’arrive tout seul dans un « skatepark » et je fais toujours des rencontres intéressantes. En plus, ça m’aide à pratiquer d’autres langues, comme l’anglais et l’espagnol.Matisse Dalphond

La culture du « skate » est quand même jeune au Québec et le surf presque inexistant. Quand je me suis retrouvé dans les « skateparks » en Californie et Hawaii, j’ai senti que les lieux avaient de l’histoire et j’ai remarqué que le calibre des gens est élevé… il y a des prodiges qui sont souvent très jeunes. Ce qui est normal, puisqu’ils peuvent pratiquer tous les jours de l’année.Matisse Dalphond

Et trouver des « skateparks », c’est facile?

Oui, je me renseigne avant de partir en fouillant sur internet et je pars avec mon plan en tête. Ce qui est bien aussi, c’est que tous les « skateparks » sont accessibles à tous et gratuits la plupart du temps. Matisse Dalphond Vans SkateparkLe seul endroit où nous avons payé, c’est au Vans Skatepark, à Huntington Beach en Californie. Mais sérieux, ça valait la peine! J’y ai d’ailleurs laissé une dent, au grand malheur de mes parents…Matisse Dent cassée

Et le surf, comment t’y es-tu initié?

Avant de voyager, je n’avais jamais fait de surf. La première fois que j’en ai fait, c’est au Costa Rica. J’ai eu deux cours d’initiation et ça m’a beaucoup aidé puisque le prof te pousse au bon moment dans la vague. C’est certain que mon expérience en « skate » m’a aidé en termes d’équilibre ou pour savoir où mettre mes pieds. J’ai compris vite comment faire !

J’aime le surf, mais ça prend les bonnes conditions et tu ne dois pas avoir peur de t’éloigner du rivage. Tu dois être patient, attendre longtemps la bonne vague… Je pense qu’il y a plus de « surfers » qui font du « skate » que l’inverse.Matisse Dalphond Surf

Quel est l’endroit où tu as le plus aimé surfer?

Au Costa Rica, à la Playa Hermosa de Santa Teresa. C’est une belle grande plage avec des séries de vagues qui n’arrêtent jamais. Les vagues sont de la bonne grosseur pour apprendre et comme il y en a beaucoup, on n’a pas besoin de les attendre. C’est à cet endroit que j’ai suivi des cours avec un prof.

J’ai aussi aimé surfer à Hawaii, mais les vagues sont quand même grosses. C’est plus de défis. Par contre, c’est impressionnant de voir des jeunes attaquer les vagues. Même chose en Californie, où la culture du surf est très développée.Matisse Dalphond Surf

Ta destination de rêve?

La Californie est encore pour moi la destination de rêve. Je n’ai pas encore tout vu, loin de là! Il y a beaucoup à voir encore. Il y a une tonne de « skateparks » partout, de belles plages et la température est parfaite. En plus, je continue de pratiquer mon anglais! Je peux parfaire mon apprentissage du « skate » et du surf et ce, tous les jours.

La culture du « skate » est tellement forte en Californie! Par exemple, j’ai acheté un « skate » dans LE « skateshop » mythique de Santa Monica, où Tony Hawk allait lorsqu’il avait mon âge. Les « dudes » qui m’ont servi sont là depuis toujours… ce sont des vrais! J’ai « skaté » dans le « skatepark » où l’une de mes idoles s’entraine.Matisse Dalphond SkateparkMatisse Dalphond - Skate

J’ai fait du « skate » dans des conditions extrêmes de chaleur, à Palm Springs. Disons qu’il fallait vouloir… il faisait plus de 45 degrés!

Comment te prépares-tu avant un voyage?

Ce qui est le fun aussi, c’est la préparation du voyage. Mes parents font leur préparation et moi je fais la mienne. Je cherche sur des sites les endroits pour « skater », les boutiques spécialisées telles que les « skateshops ». J’y vais vraiment selon mes centres d’intérêts et on finit par les inclure dans l’itinéraire.Matisse Dalphond

Qu’est-ce que voyager en famille t’apporte?

J’aime le temps de qualité qu’on a en famille. On se regroupe pour quelques semaines, sans pression, sans obligation et (presque) sans règles. Parfois, il nous arrive des situations qui font de bonnes histoires et souvenirs à raconter au retour. Par exemple, comme le jour où, à Libéria au Costa Rica, on s’est retrouvé dans un motel poche qui s’appelle « La Siesta ». C’était vraiment dégueux…On s’est couché tout habillé parce qu’on avait peur des bibittes…! C’était malheureusement le seul endroit libre ce soir-là!Matisse Dalphond

J’aime découvrir la vie locale, essayer des nouveaux trucs au resto du coin, dormir toute la famille ensemble dans la même chambre et se sentir chez nous en étant à plusieurs milliers de kilomètres de notre maison.Famille Dalphond- Turcotte