Votre recherche

Tokyo Disneyland en famille

Tokyo Disneyland

Une visite à Walt Disney est un classique dans la vie des enfants et, même si la magie de Disney séduit de 7 à 77 ans, nous n’avons pas nécessairement tous le désir de consacrer une semaine de nos vacances à Orlando en Floride. Envie de combiner un voyage culturel et une rencontre avec Mickey? On a visité le Tokyo Disneyland au Japon et voici nos impressions.

On y va pour la sous-culture

Les japonais sont friands des personnages animés et Disney n’y fait pas exception. Le parc thématique est prisé par les familles mais également par une certaine clientèle adulte qui s’y rend déguisée, comme des enfants. Arborant beaucoup plus que de simples oreilles de Mickey, ils deviennent une attraction en soit! Et que dire des personnages qui parlent et chantent en japonais, le tout ajoute une touche d’exotisme!

Entrée Tokyo Disneyland

Quoi faire?

À ne pas manquer, les classiques des parcs de Disney comme :

  • Adventureland avec le « Western River Railroad » et le « Pirates of the Caribbean »;
  • Westernland avec la croisière « Mark Twain Riverboat »;
  • le Critter Country avec « Splash Moutain »;
  • Fantasyland avec « It’s A Small World » et le château de Cendrillon;
  • sans oublier Toontown, qui fait le bonheur des petits, avec la visite des maisons de personnages (construites à l’échelle humaine).

Towntown Disney

Les plus grands aimeront Tomorrowland, avec des manèges plus actifs tels « Space Mountain » ou le « Buzz Lightyear’s Astro Blasters ». On retrouve la liste complète des attractions ici.

On ne manque surtout pas les défilés, qui sont vraiment spectaculaires, et particulièrement le défilé nocturne « Tokyo Disneyland Electrical Parade Dreamlights ».

Night parade Disney

On consulte la liste des activités et spectacles afin de planifier notre visite. On maximise ainsi notre temps sur le site. Bien que l’information écrite soit bilingue, les agents sur place parlent étonnamment peu ou pas du tout l’anglais (il y a quand même très peu de touristes). Il est donc très utile d’être un minimum renseigné avant l’arrivée sur place.

Quoi voir? La Reine des Neiges!

On pensait pouvoir se sauver de la Reine des Neiges même à l’autre bout de la planète? Nahhh. Tokyo Disneyland accueillera une toute nouvelle production son et lumière, « Frozen Forever ». Elle se tiendra pour une période limitée, soit du 13 janvier au 17 mars 2017. Celle-ci donne suite à la production existante, que nous avons eu la chance de voir en janvier 2016. Même si nous sommes loin d’être « libérés, délivrés » de la Reine des Neiges, le plaisir de voir son enfant contempler son personnage favori ne pourra être battu que par le fou rire d’une réplique bien sérieuse telle « Maman, pourquoi la Reine des Neiges chante en japonais? ».

Reine des neiges

Les billets réservés (attribués par tirage au sort) sont nécessaires pour voir ce spectacle depuis les sièges de la zone centrale. On peut très bien voir le spectacle ailleurs en restant debout comme le spectacle est de courte durée.

Tokyo Disney Sea

Tokyo Disney Sea est un autre parc thématique adjacent à Tokyo Disneyland. Nous n’avons pas eu la chance de le visiter mais si le temps vous le permet, nous en avons eu de bons commentaires.  On note l’arrivée d’un port d’Arendelle (La Reine des Neiges), le tout s’inscrit dans une expansion du Tokyo Disney Resort, prévu entre 2017 et 2020.

 

1 ou 2 jours?

Tokyo Disneyland vaut le détour pour une visite d’une journée ou deux. Le parc étant assez petit, même avec deux enfants de moins de 3 ans, nous avons réussi à voir et faire la quasi-totalité des attractions en une seule journée. Nous y étions à la mi-janvier, période considérée comme la basse saison.

Certes, y aller deux jours permet de prendre un peu plus notre temps et de voir plus de spectacles sur le site. À évaluer selon le nombre de jours de vacances que nous avons à allouer à Minnie Mouse, versus découvrir les merveilles culturelles du Japon (ou faire du magasinage).

Défilé Disney

Quand partir?

On y va tout au long de l’année mais on évite les congés fériés et les périodes des vacances scolaires au Japon. On privilégie les mois de janvier et février pour avoir le parc à nous seul (enfin presque!) mais on évite la St-Valentin pour les raisons mentionnées plus haut (on y célèbre même parfois des mariages!).

Il peut faire froid à Tokyo l’hiver et, bien que la magie de Disney réchauffe les cœurs, on prévoit plusieurs couches pour être confortable pendant l’attente aux manèges (à l’intérieur et à l’extérieur).

Comment s’y rendre?

Tokyo Disneyland est situé en retrait du centre-ville de Tokyo mais est facilement accessible avec le service de transport en commun qui est ultra efficace.

Poussette ou pas de poussette?

La station de métro est quand même à 10 minutes de marche du parc thématique, donc la poussette est de mise, surtout pour le retour avec des enfants aux petites jambes fatiguées.

___

On peut louer des poussettes sur place ou apporter la nôtre. Devant chaque attraction, un stationnement de poussettes est disponible. Avec la rigueur et la délicatesse japonaise, on retrouvera notre poussette parfaitement alignée avec les autres à notre sortie du manège. Un préposé se sera fait un plaisir de s’assurer que tout soit impeccablement positionné. On aime!

Des navettes relient les principales stations de métro et même l’aéroport, pour ceux qui aimeraient commencer ou finir leur séjour au Japon avec le parc d’attractions.

On peut se rendre en métro (parfois plus rapide) et revenir en navette (pour un dodo garanti sur le chemin du retour).

Les repas

La plus grande économie à Tokyo versus d’autres parcs thématiques se fait dans les concessions sur le site. Le prix des repas, des souvenirs et autres items dans les boutiques en général est assez raisonnable, comparativement aux autres parcs ou aux grands évènements auxquels nous sommes habitués.

En plus, on y trouve beaucoup d’options « santé » et bien que l’on y trouve aussi des hot dogs, la variété du choix offert est à souligner et le rapport qualité-prix est excellent.

Pour les bébés et les jeunes enfants, on adore l’endroit réservé aux familles dans la section « Toontown ». On y trouve des dizaines de tables à langer, des chaises hautes, des fours à micro-ondes, et une cuisine complète. On peut même y acheter des couches ou des repas pour les bébés et tout-petits, pour nous dépanner.

Le prix d’entrée

Gratuit pour les enfants de 0-3 ans, 4 800 yens (environ 62 $ CAN) pour les enfants de 4 à 11 ans, 6 400 yens (environ 82 $ CAN) pour les jeunes de 12 à 17 ans et 7 400 yens (95 $ CAN) pour les adultes (basé sur un tarif d’une journée). On consulte les tarifs ici.

Défilé Disney

Pour sauver du temps à l’arrivée sur le site, on achète les billets en ligne et on les imprime avant notre départ.

Où loger à Tokyo

Sur le site

Tokyo Disneyland est bien desservi par le transport en commun et il n’est pas nécessaire de passer la nuit sur le site. Si toutefois on veut vivre la magie à fond, trois hôtels sont proposés sur le site ou très près de celui-ci (reliés par une navette) soit le Tokyo Disneyland Hotel, le Tokyo DisneySea Hotel MiraCosta et le Disney Ambassador Hotel.

On surveille les rabais et promotions sur les sites tels booking.com, expedia.ca, trivago.ca et autres qui affichent parfois des prix plus bas que celui sur le site officiel de l’hôtel.
Au centre-ville

Pour notre part, comme nous restions à Tokyo pour une semaine, nous avons opté pour le Gracery Hotel Shinjuku, un hôtel récent avec des chambres beaucoup plus spacieuses que la norme japonaise. Moderne et design, il est très bien situé et dans un quartier animé. Les matelas sont ultraconfortables et chose à noter, la majorité des chambres ont un bain, ce qui n’est pas nécessairement la norme dans les hôtels au Japon (mais qui est pratique avec des enfants).

Ils proposent même des chambres avec deux lits doubles pour les familles tissées serrées. On aime les aires communes et l’excellent rapport qualité-prix, sauf pour les restaurants, qui sont hors de prix (12 $ pour un espresso!)…

Pour les fans de Godzilla, les occupants peuvent accéder gratuitement à la fameuse tête de Godzilla qui orne la terrasse de l’hôtel.

___

On voyage léger au Japon, on profite de la buanderie complète, accessible à l’hôtel, pour faire son lavage. Trop de bagages? On les laisse en consigne à la réception pour éviter d’encombrer la chambre.

___

Au Japon, les gens fument encore beaucoup dans les lieux publics… On demande absolument à avoir un étage non-fumeur (pas juste une chambre non-fumeur), car dans certains hôtels, l’odeur peut être insupportable.

Pourquoi on devrait aller si loin?

À priori, partir en Asie peut sembler très couteux et énergivore, mais voici quelques facteurs à considérer.

Les billets d’avion

Le prix des billets d’avion est de plus en plus accessible pour les destinations comme Tokyo. Il arrive souvent de trouver des billets en bas de 1 200$ et parfois même en bas de 1 000$ (bon, avec beaucoup de chance et de flexibilité!).

On consulte les sites comme Yulair, qui nous avisent des bons tuyaux au départ des villes de Montréal, New York, Québec, Toronto et Vancouver.

La distance

On calcule 12h50 en vol direct de Toronto à Tokyo. Il n’y a pas de vol direct au départ de Montréal ou de Québec. Au 12h50 s’ajoute donc le temps de correspondance et la durée de notre vol vers Toronto (ou autre ville de correspondance, variant selon la compagnie aérienne et l’option choisie).

Certes, faire de longs vols avec une escale n’est pas de tout repos mais si l’on est bien préparé, le trajet peut devenir une expérience ultrapositive. Même que les vols plus longs sont parfois plus faciles. Par expérience, nous perdons en quelque sorte la notion du temps et les siestes sont plus longues, ce qui nous permet en plus de mieux récupérer.

On consulte Les 10 principes du plaisir en vol avec enfants pour s’encourager!

Le décalage horaire

Le fait que l’on ajoute 13 heures à notre montre en arrivant à Tokyo est un défi en soi, mais le décalage horaire en est un encore plus grand avec les enfants voyageurs. On s’assure de partir un minimum de 10 jours (idéalement) afin de bien s’adapter et de pouvoir profiter du Japon en pleine forme.

Les premiers jours, on prend le tout comme ça vient et on embrasse la possibilité d’être tous bien éveillés à 3h du matin en train de marcher dans les rues désertes de cette grande ville endormie!

Tokyo Disneyland

« Anzen’na tabi! » (Bon voyage!)