Votre recherche

L’introduction des aliments en voyage

Voyager avec bébé

La période de congé de maternité est une superbe période pour en profiter et voyager en famille. Il se peut que le tout coïncide avec la phase d’introduction des aliments. Certes, la logistique se complique, mais il y a une solution pour chaque situation et avec un peu de débrouillardise, tout est possible sans trop de contraintes!

FAIRE SES PURÉES ou la DME

Les purées

Soyons sans craintes, on trouvera partout plusieurs aliments transformables en purée et ce, à l’aide d’une simple fourchette. Les fruits locaux sont souvent plus murs (et délicieux) et cueillis sur place comparativement à ceux offerts dans nos centres urbains à Montréal, Québec, New York ou Paris! Si l’on choisit d’opter pour les purées, on trouvera plus bas quelques trucs utiles pour nous faciliter la vie.

Autre option : LA DIVERSIFICATION MENÉE PAR L’ENFANT (DME)

De plus en plus de parents optent pour des techniques d’introduction des aliments comme la diversification menée par l’enfant (DME/Baby led weaning), évitant ainsi l’étape des purées (pratique, encore plus en voyage!).

Pour en savoir plus, on consulte, entre autres, l’article L’alimentation autonome du bébé sur le site de notre partenaire Naître et grandir.

Faire des purées sans électricité

Si l’on opte pour les purées, pour nous faciliter la tâche, on peut soit acheter à destination un mélangeur manuel électrique adapté à l’électricité locale, soit faire ses purées sans électricité.

Si l’on prévoit visiter plusieurs pays, on préfèrera peut-être choisir un mélangeur manuel (plus léger, plus économique, mais moins performant qu’un mélangeur électrique bien entendu).

On consulte l’article Faire des purées sans électricité où l’on a mis au banc d’essai deux mélangeurs manuels.

On cuisine sur place

On peut faire le marché en famille (ce qui est une superbe activité) et demander à notre hôte ou hôtelier, à des restaurateurs locaux ou même à nos voisins de cuire nos légumes ou autres, moyennant quelques sous au besoin (ou même pas du tout).

On ne se gêne pas, ces demandes spontanées (et inusitées) font souvent place à de belles rencontres et de beaux échanges.

Si l’on veut être encore plus indépendants, on peut avoir avec nous en plus d’un couteau, un petit chaudron léger (que l’on peut trouver dans les boutiques de plein air spécialisées en camping).

LES POCHETTES À PURÉES, CÉRÉALES ET COLLATIONS

Presque partout dans le monde on trouve une variété de pochettes jetables, de petits pots, de céréales et de collations à l’épicerie, en grandes surfaces ou à la pharmacie.

On peut prévoir une boîte ou deux de céréales en réserve au fond de notre valise. Ainsi, en cas de fringale, bébé aura toujours un petit quelque chose à se mettre sous la dent rapidement. Pour les plus vieux, on prévoit quelques collations en réserve.

ON S’ÉQUIPE!

On s’assure d’avoir ce qu’il faut avec nous afin que les repas en voyage deviennent un jeu d’enfant. Des petits pots étanches pour faire des réserves de purées ou de collations, des cuillères ingénieuses, des bavoirs qui sèchent rapidement, en passant par des suggestions de napperons intelligents.

On consulte le dossier Les essentiels pour faciliter les repas en déplacements où vous trouverez 10 articles pertinents sur chaque sujet.

PAS DE CHAISE HAUTE? PAS DE PROBLÈME

Notre poussette de voyage fait office de chaise haute. On peut aussi enfiler sur certains modèles une chaise d’appoint en tissu à même la poussette pour éviter de salir les bretelles de celle-ci.

ET LES ALLERGIES?

On s’assure d’avoir avec nous un antihistaminique pour les réactions allergiques (ex : Benadryl). Certains voudront même avoir avec eux un auto-injecteur EpiPen.

On consulte un professionnel de la santé pour plus de détails et l’article Trousse d’hygiène et de premiers soins en complément.

ET L’EAU ?

On s’assure d’avoir de l’eau potable pour cuisiner et pour rincer les biberons et autres items.