Votre recherche

3 peurs (à déconstruire) en avion

Les turbulences en avion

Qu’est-ce que l’aviophobie? C’est la peur intense des avions et des voyages en avion. Sans nécessairement être aviophobe, plusieurs parents angoissent à l’idée de prendre l’avion en famille. Puisque la plupart d’entre nous voyageons en avion sans réellement comprendre le fonctionnement de ces merveilleux engins volants, voici un peu plus d’informations pour nous rassurer ainsi que les peurs les plus fréquentes.

 

No. 1

« LES TURBULENCES POURRAIENT CAUSER L’ÉCRASEMENT DE L’AVION »

Selon l’Institut national américain de recherche en santé mentale, . Les turbulences sont de loin le facteur le plus stressant pour les passagers. Lorsque le signal des ceintures s’allume en prévision d’une zone à risques, la panique s’installe. Pourtant, pour les équipages, les turbulences font partie du quotidien et sont un phénomène assez banal pour eux, en partie parce qu’ils sont entrainés à comprendre les mouvements de l’avion et les différents systèmes qui assurent la sécurité de l’appareil.

Volons en paix

On ne le répétera jamais assez : les turbulences, ça fait parfois peur et c’est très inconfortable, mais le risque de s’écraser est nul. De nos jours, les avions sont d’impressionnantes machines, construites à la fine pointe de la technologie avec des matériaux plus légers et résistants, des technologies plus avancées, des ordinateurs intelligents, etc.

Le moyen de transport le plus sécuritaire au monde!

Dès les premières étapes de la conception, les appareils sont testés de façon très rigoureuse, en prenant en  compte tous les scénarios possibles. Ce n’est pas pour rien que l’on dit que c’est le moyen transport le plus sécuritaire :  ces appareils peuvent supporter des conditions extrêmes sans danger!

La flexibilité des ailes

Parmi la panoplie de tests que les ingénieurs effectuent sur les avions, le test de flexibilité des ailes est le plus impressionnant : les ailes d’avions peuvent plier jusqu’à un angle de 90 degrés. Il est donc très improbable que les ailes s’arrachent, même pendant les turbulences les plus sévères.

TOUT SAVOIR SUR LES TURBULENCES EN AVION

No. 2

« ET SI L’ON FRAPPAIT QUELQUE CHOSE EN VOL? »

Les envolées d’oiseaux

Plusieurs autres tests sont effectués pour prédire l’effet des perturbations potentielles, comme une envolée d’oiseaux sur la trajectoire, par exemple.

Effectivement, une collision avec une envolée d’oiseaux peut mener à des histoires comme celle du Capitaine Sully, qui a amerri un A320 sur la rivière Hudson (à New York) à la suite de la perte des deux moteurs à caused’un « bird strike ».

Pour simuler une telle situation, les ingénieurs utilisent des canons à poulets. Même si les moteurs sont conçus pour supporter ce genre d’éventualité, les dégâts causés par des collisions coûtent très cher aux compagnies aériennes… quelques 1,2 millards par année!

Les drones

Avec l’avènement des drones, de plus en plus d’incidents sont rapportés concernant des collisions avec ses petits engins. On rappelle donc aux adeptes de ce petit bidule de bien respecter les limites de hauteur permises*.

No. 3

« ET SI LA FOUDRE FRAPPAIT? »

Les avions sont aussi conçus pour résister à la foudre. La charge électrique se dissipe rapidement sur le fuselage en suivant le principe de la cage de Faraday, qui stipule que lorsqu’un courant passe à travers une boîte métallique, l’intérieur de celle-ci n’en est pas affecté.

Pour les curieux, on en apprend plus sur la cage de Faraday en cliquant sur ce lien.

 

Le risque principal est le dérèglement des systèmes régulateurs de l’appareil, mais encore une fois, les ingénieurs ont prévu le coup et l’installation de dispositifs de type paratonnerre permet à l’appareil de continuer sa route sans problèmes majeurs.

POUR EN SAVOIR PLUS

On poursuit la lecture de notre dossier sur les dessous des avions :

 

* Le risque principal est le dérèglement des systèmes régulateurs de l’appareil, mais encore une fois, les ingénieurs ont prévu le coup et l’installation de dispositifs de type paratonnerre permet à l’appareil de continuer sa route sans problèmes majeurs.